Geste.

img_2850 img_2854

Aujourd’hui j’ai repris la peinture.

Aujourd’hui je me suis foutue un coup de pied aux fesses.

Aujourd’hui j’ai été productive.

img_2852

Aujourd’hui je suis contente

Aujourd’hui j’ai donné le premier coup de pinceau d’une longue série et j’ai aimé ça.

Aujourd’hui j’ai retrouvé la sensation. La texture de la peinture aqueuse sur le papier.

img_2857

 

Aujourd’hui j’ai recommencé naturellement de superposé des couches et des couches de glacis et de jus.

Aujourd’hui j’ai sentie l’odeur de mes pinceaux tout usés.

Aujourd’hui je suis fière de moi.

img_2855

img_2858

à l’orée de la chute/du sourire

p1120250-jpg_effectedPar moment, tu as beau donner le meilleur de toi même tu ne peux empêcher la chute, clairement tu te casses la gueule. Ça fait mal, putain ouais. L’envie de partir, loin, là ou personne ne me connait. Voyager, partir. S’évader. Je te promets que ce n’est pas une fuite. Je reviendrais. Enfin je crois. Mais tu vois toutes les bonnes résolutions ? Cette bonne énergie, ce déclic qui avait fait tant de bien ? Souviens-toi, parce que ces souvenirs sont doux et il va te falloir de la force. Il suffit d’une phrase, d’un mot et on retombe dans ses mauvais travers. Tu as vu comme c’est facile de retomber comme ça ? Ca ne prévient pas. Mais c’est pas grave hein ? Nan ce n’est pas grave, tu vas t’accrocher et tu vas avancer. Je. Ouais, je. Tu fais des efforts, et ça va aller, ce n’est pas possible que tout ça soit arrivé pour une courte période. Rouvre les yeux Mathilde putain. Oui, j’ouvre les yeux, il va falloir ressentir les saveurs. Vider la tête pour être capable de savourer un sourire. Le soleil va partir tu sais, je sais que ça t’angoisse. Mais ça va aller, pense à tes grosses écharpes, à tes pulls, à tes bottines. Tu le sais que j’aime ça, regarder le soleil, le sentir comme une main posée sur ma joue. Je vais essayer de te promettre un truc, c’est d’arrêter de me réfugier dans le fait que j’ai besoin de quelqu’un pour avancer, pour vivre. Promis. J’avais fait des pas de géants et parfois on recule. Mais c’est pas grave hein ? Nan c’est pas grave. Garde la confiance, surtout garde la tu m’entends ? J’enfile mon sweat Wear Lemonade. Mettre mon casque, de la musique à fond. Et bouger ses fesses. Sentir son corps si léger. Avancer, continuer d’avancer. C’est confus putain, pardon. Oui c’est confus, mais la confusion ça peut être chouette nan. La complexité ça peut être beau, c’est beau, fais-en quelque chose. T’entends là, ce moment dans ce morceau qui raisonne comme un gimmick qui te fait sourire en meme temps que les larmes peuvent apparaître. La libération tu vois. Alors souris, reprends ton courage, ton rouge à lèvre, tes pinceaux et avance ma fille. Le bout du tunnel vaut le coup, j’en suis sûre. L’été est fini et cette fin a rarement était aussi violente. Je ne m’y attendais pas. Mais les claques je commence a avoir l’habitude. Finalement avoir mal c’est peut être bon signe. Regarde comme tu es vivante. Comme tu ressens, sert-en bon sang. Aller, va courir sous la pluie, arrête de te regarder sous toutes les coutures. Trouves toi jolie tu m’entends ? C’est important. Reprends ton thé, tes bouquins. Tes post-it, annote partout. Continue l’huile seche sur tes jambes, ça sent les vacances. Encore un peu. Respire, ça va aller je te le promets. On ne va pas se laisser faire. Et ce sera une jolie année, avec pleins de choses à en retirer. Et des belles victoires au bout. Garde moi ce truc qui pétille dans tes yeux ok ? à toi de me le promettre maintenant, c’est important.

Things#2 08.16

Une première partie d’août. La plage, la mer, la lumière, le soleil, les glaces et les copains. Est-ce possible d’avoir des vacances plus parfaites ? Je ne pense pas. C’était bien, c’était beau, c’était dépaysant, c’était déculpabilisant, reposant et ressourçant. (en vrai ne t’en fais pas, la prochaine devrait être mieux)